Pour détecter la dépendance affective : 5 questions à poser !

Partagez cet article !

Vous vous demandez comment repérer ceux qui sont en dépendance affective ? Voici 5 questions à poser à votre nouvelle conquête, afin de vérifier votre tableau de bord avant de décoller : des voyants rouges peuvent s’allumer !

1) Ses relations avec ses parents

Si la personne aime ses parents, tout va bien.

Si elle les déteste, tout va mal : ça sent la dépendance affective à plein nez car elle n’a reçu ni affection, ni protection et aucune reconnaissance. Son estime et sa confiance sont donc sous-développées et comme elle ne s’aime pas, elle attendra de vous que vous l’aimiez et va s’accrocher.

2) Ses relations avec ses ex

Si la personne vous dit « que ses ex étaient tous alcooliques » ou « qu’elles étaient toutes hystériques » : elle se pose en victime et attire des individus en déséquilibre. Son syndrome du sauveur en est la cause : sauvez-vous !

Si elle répond qu’elle a beaucoup souffert mais qu’elle a lu des livres de développement personnel pour comprendre pourquoi ses relations ne fonctionnaient pas, fait un coaching ou une thérapie pour développer confiance et estime : c’est bon signe !

3) Sa vision du couple

Si c’est la même que la vôtre, être heureux à Deux, avec de l’amour, du respect mutuel et une belle harmonie : tout va bien.

Si elle vous répond : chacun chez soi ou chacun pour soi, ce n’est pas une vie de couple : c’est une vie de « sexe fast food » qu’elle veut !

4) Où se voit la personne dans 5 ans ?

Si elle se voit en famille, heureuse, avec de beaux projets à deux voire, avec des enfants, c’est un bon point. Attention : si elle ne veut plus ou pas d’enfant et que vous en voulez, passez votre chemin.

Si elle se voit sur un beau voilier, seule, dans les mers du sud, ou sur un plateau désertique en train d’élever des chèvres, seule aussi, vous ne faites pas partie du décor ni de son avenir : au suivant !

5) Quels sont ses regrets ?

Si elle regrette d’avoir divorcé, vous allez faire ménage à trois ! Ou si elle regrette de ne pas avoir fait d’études, ou quoi que ce soit d’autre, ça sent l’aigreur à plein nez : cette personne vit dans le passé et n’a tiré aucune leçon de ses expériences.

Si elle vous dit, comme le chantait si bien Piaf « non, rien de rien, non je ne regrette rien ! », alors vous avez devant vous une personne qui croque la vie et le présent, au lieu de pleurer sur son passé.

Et si votre nouvelle conquête a bien répondu à chacune des questions, c’est sur la longueur que ses comportements la trahiront : prenez votre temps. Elle peut se révéler jalouse, possessive, jamais heureuse, tout ce que vous ferez ne sera jamais assez, etc. Vous ressentez alors un inconfort qu’il faut identifier sur votre tableau de bord. C’est pourquoi je vous conseille de prendre votre temps : Apprenez à vous connaître, laissez monter le désir, appréciez-vous mutuellement avant de plonger dans l’ivresse de la volupté. L’acte sexuel vous engage plus que vous ne le croyez : c’est bien plus difficile de se détacher de ce que l’on a déjà goûté, surtout si c’était bon. Bon de corps, mais pas d’esprit, vous voilà face à une personne affectivement déséquilibrée et les ennuis vont commencer.

Posez ces cinq questions, prenez plaisir à découvrir l’autre et vous pourrez décoller en toute sécurité : car l’amour n’est pas une tombola, c’est un choix !

Au fait, que répondriez-vous aux 5 questions ?

(Pour en savoir plus, lisez « Le syndrome de Tarzan » (Béliveau éditeur)

Partagez cet article !